September 2021

Old Friend Tanguy

In 1841, the American John Goffe Rand (1801-1873) invents the paint in tube. Some years later, Julien François Tanguy (1825-1894), firstly as worker plasterer in his Britany birth place, becomes in 1860 worker as colors grinder in Paris and, finally, opens his own itinerant shop in 1868.
Very often, he leaves his small Paris rented house selling his tubes in some new painting places. One affectionately called him “Old pal Tanguy”. He meets some young painters who will become Masters of the impressionism like Camille Pissarro, Claude Monet, Auguste Renoir and, most of all, Paul Cezanne.

In 1871, he was deported due to his support to the Paris Revolution and pardoned in 1873. Following a banishment period in Saint-Brieux (Britany), he becomes his own colors merchant in Paris, 14 rue Clauzel.

He discovers and promotes some new painters, particularly Paul Gauguin, Henri de Toulouse-Lautrec and many others. He gives credit payment but exhibits and sales their paintings in his boutique as well. He particularly appreciated Vincent Van Gogh and Paul Cezanne, being the only one in Paris to own his paintings.

One of his most loyal clients, Vincent Van Gogh, did three portraits of the “Old Pal Tanguy”. Julien Tanguy emphases that Vincent Van Gogh was the most diligent host of his boutique. Due to his kindness, he got enormous financial difficulties.
On February 6th 1894, Julien Tanguy being sick, poor and very affected by the death of Vincent and Theo Van Gogh, dies surrounded by paintings in deposit in his boutique.

The name of Julien Tanguy remains attached to this intense artistic period and to the impressionism movement.

In an article of 1908, the “Mercure de France” (publishing house founded in 1672) recalls his first years as merchant, saying: “We could see him in Argenteuil, in Barbizon, In Ecouen, in Sarcelles…”. The quote of Barbizon and Ecouen next to each other shows that the renown of these two schools were similar at that time.

The Friend Tanguy
The Friend Tanguy by Van Gogh
The Friend Tanguy by Van Gogh
The Friend Tanguy by Van Gogh

Septembre 2021

Le Père Tanguy

En 1841 l’américain John Goffe Rand (1801-1873) invente la peinture en tube. Quelques années plus tard, Julien François Tanguy (1825-1894), d’abord ouvrier plâtrier dans sa Bretagne natale, devient, en 1860, ouvrier broyeur de couleurs à Paris puis ouvre son propre commerce ambulant en 1868.
Il quitte régulièrement sa petite location parisienne pour aller vendre ses tubes dans les nouveaux lieux de peinture. On l’appelait affectueusement « Le Père Tanguy ». Il rencontre des jeunes peintres qui vont devenir des Maîtres de l’impressionnisme dont Camille Pissarro, Claude Monet, Auguste Renoir et surtout Paul Cézanne.

En 1871, il fut déporté pour avoir épousé la cause des Communards puis gracié en 1873. Après une période de bannissement à Saint-Brieuc, il devient marchand de couleurs à son compte, à Paris, 14 rue Clauzel.

Il découvre et fait connaître des peintres nouveaux, en particulier Paul Gauguin, Henri de Toulouse-Lautrec et bien d’autres. Il leur fait crédit mais vend aussi leurs toiles en les exposant dans sa boutique. Il appréciait particulièrement Vincent Van Gogh et Paul Cézanne dont il était le seul à Paris à posséder des toiles.

L’un de ses plus fidèles clients, Vincent Van Gogh, réalisa trois portraits du « Père Tanguy ». Julien Tanguy souligne que Vincent Van Gogh était l’hôte le plus assidu de sa boutique. Il connaitra de grandes difficultés financières à cause de sa bonté.
Le 6 février 1894, Julien Tanguy, malade, pauvre et très affecté par les décès de Vincent et Théo Van Gogh, meurt entouré de tableaux toujours en dépôt dans sa boutique.

Le nom de Julien Tanguy reste attaché à cette période artistique intense et au mouvement impressionniste.

Le Mercure de France (maison d’édition fondée en 1672) évoque ses premières années de marchand dans un article de 1908: « On le vit à Argenteuil, à Barbizon, à Ecouen, à Sarcelles… ». Le rapprochement entre Barbizon et Ecouen montre que la renommée de ces deux Écoles était, à cette époque, comparable.

Le Père Tanguy
Le Père Tanguy par Van Gogh
Le Père Tanguy par Van Gogh
Le Père Tanguy par Van Gogh

Gustave Fraipont E

St-Josse-ten-Noode (Bruxelles) Belgium, May 9th 1849 – April 29th 1923, Paris

Gustave Fraipont was a student of Henri Hendrickx (1817-1897?). After the1870 war, where he participated being on the French side, the French nationality was awarded to him.
He begun his career exhibiting some lithographies at the 1877 salon de Paris and got a mention in 1882.
Established in Paris, he exhibited at the 1882 French Artists show and, later on, every year from 1896 to 1910.
As soon as 1883, Gustave Fraipont switched to watercolor art.

Gustave Fraipont was art professor at the Légion d’Honneur Education House of Ecouen and Saint-Denis. He did, at that time, an interesting painting of the Ecouen castle.

Gustave Fraipont did a lot of works as book illustrator and some music booklets. He did a lot of posters for the Western and the Northern French railroad companies as well as for some theaters. He worked with numerous newspapers and magazines, specially “Le courrier Français” and “Paris illustré”. He did a lot of advertizing printings for the Maggi food Company and drawings of the old Paris and the “Seine & Oise” (Paris suburbs). For the magazine “L’illustration”, he did several drawings showing monuments damaged by the war.

Gustave Fraipont was also a writer. He wrote books on “the drawings technique for everybody”, remarkable for the quality of his writing and his “easy to understand” explanations. He also published books for children. From 1894 to 1904, he illustrated a lot of books concerning mountains of France.
Very few artists like Gustave Fraipont built their fame on such a diversified field of actions.

In 1896, he is awarded “Chevalier de la Légion d’Honneur” (the highest French medal) and, in 1905, is appointed “Peintre de la Marine” (Painter of the Marine Corps). Marine painters have the privilege to add a marine anchor next to their signature.

It is usually understood that, being art professor in the Ecouen School, he had close relationships with the members of the Painters Colony.

Gustave Fraipont
A l'ami Ducros_1889

For further information, please read the book “L’Ecole d’Ecouen, une colonie de peintres au XIXe siècle” (bilingual French-English).

Gustave Fraipont

St-Josse-ten-Noode (Bruxelles) Belgium, 9 Mai 1849 – 29 Avril 1923, Paris

Gustave Fraipont fut l’élève de Henri Hendrickx (1817-1897 ?).
Après la guerre de 1870, à laquelle il participe du côté Français, il est naturalisé Français.
Il débute au Salon de Paris de 1877 avec des lithographies et y reçoit une médaille en 1882.
Résidant à Paris, il expose au Salon des Artistes Français de 1882, puis à tous les salons de 1896 à 1910.
Dès 1883, Gustave Fraipont se spécialisa dans l’art de l’aquarelle.

Gustave Fraipont est professeur de dessin aux maisons d’éducation de la Légion d’Honneur d’Écouen et de Saint-Denis. On lui doit, entre autres, une intéressante peinture du château d’Écouen.

Gustave Fraipont travaille comme illustrateur de livres et de partitions musicales. Il réalise de nombreuses affiches pour les compagnies de chemin de fer de l’Ouest et du Nord et pour quelques théatres. Il collabore à de nombreux journaux et revues, en particulier Le courrier Français et Paris illustré. Il exécute une importante série de dessins pour la collection Maggi et des dessins sur le vieux Paris et la Seine-et-Oise. Pour la revue L’illustration, il crée plusieurs compositions sur les monuments endommagés par la guerre.

Gustave Fraipont est aussi un écrivain. Il écrit des traités sur les différentes techniques de dessins à l’usage de tous où il se distingue par la qualité de son écriture et la clarté de ses explications. Il publia également des livres pour enfants. Entre 1894 et 1904, il illustra de nombreux livres concernant les montagnes de France.
Rarement artiste a construisit sa renommée dans des domaines aussi nombreux que variés.

En 1896, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur et, en 1905, peintre de la marine. Les peintres de la marine ont le privilège de pouvoir ajouter une ancre de marine à leur signature.

Il est permis de penser qu’étant professeur de dessin à la Maison d’Écouen, il fut en contact avec les artistes de la Colonie des peintres.

Gustave Fraipont
A l'ami Ducros_1889

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le livre « L’Ecole d’Ecouen – une colonie de peintres au XIXe siècle »

July 2021

Emile Deroy (1820-1846)

In a sketchbook acquired by a member of the Association, we discovered a friend of the Frere family: the painter Emile Deroy.
He died very young and, therefore, did not make a big splash in the Art history. Nevertheles, one of his artworks, “La petite mendiante rousse” (The little red head beggar) is exhibited in the Louvre Museum.

He was a student and admirer of Eugene Delacroix (1798-1863), as well as his best friend, the famous writer Charles Baudelaire (1821-1867) he accompanied regularly during his Louvre Museum visits.
In 1844, he painted the Charles Baudelaire portrait visible in the Versailles French Story Museum.

At this time, Charles Baudelaire is still unknown. He lives in the Paris Pimodan Hotel with his black actress and singer mistress, Jeanne Duval. He only began to write but not any essential work yet. He dreamed about exotism and dandysm, preferring artificial paradises rather than “petit-bourgeois” Society in conflict with his artistic ascetism.

The Emile Leroy sketch we found in this sketchbook is probably another portrait of the poet. It’s also a testimony of the close relationship between the Frere Family and the artistic social sphere of the time.

Sketch from Emile Deroy
The little red head beggar
Baudelaire_en_1844_from_Émile_Deroy
Jeanne_Duval from Baudelaire

Juillet 2021

Émile Deroy (1820-1846)

Le carnet de croquis acquis par un membre de notre association nous a permis de découvrir un proche de la famille Frère: le peintre Émile Deroy. Celui-ci n’a pas laissé une trace très importante dans l’histoire de l’Art, car il est mort très jeune. Cependant, une de ses oeuvres, « La Petite mendiante rousse », figure au musée du Louvre.

Il a été l’élève et l’admirateur d’Eugène Delacroix (1798-1863), admiration qu’il partageait avec un de ses grands amis, le célèbre écrivain Charles Baudelaire (1821-1867), qu’il accompagnait régulièrement dans ses visites au musée du Louvre.
En 1844, il a d’ailleurs réalisé le portrait de Charles Baudelaire que l’on peut voir au musée de l’Histoire de France à Versailles.

A cette époque, Charles Baudelaire est encore inconnu. Il vit à Paris avec sa maîtresse noire, Jeanne Duval, à l’hôtel Pimodan où habite le couple. Il commence seulement à écrire mais n’a encore rien donné d’essentiel. Il rêve autant d’exotisme que de dandysme, préférant les paradis artificiels aux réalités d’une société de petits-bourgeois qui le dérange dans ses enthousiasmes pour l’ascèse artistique.

Le croquis d’Émile Leroy qui se trouve dans le carnet est probablement un autre portrait du poète. Il témoigne d’un voisinage très intéressant et très proche de la famille Frère avec le milieu artistique de l’époque.

Croquis fait par Emile Deroy
Baudelaire_en_1844_par_Émile_Deroy
Petite mendiante rousse
Jeanne_Duval par Baudelaire