CORNELIA W. CONANT (Hamilton, NY. 12 février 1834 – NYC 4 avril, 1919)

Thomas Jefferson Conant (1802-1891) était, sans aucun doute, le plus grand érudit américain hébraïque de son temps. En 1830, il épousa Hannah O’Brien Chaplin (1809-1865), une érudite biblique américaine. Elle seconda efficacement son mari dans ses études hébraïques.
Ils eurent dix enfants : Roger, Cornelia (ou Caroline), Blandina, Carrie (ou Chara), Mary, Susan, Marcia, Thomas, Stillman et John.
Stillman S. Conant (1831-1885 ?) devint le Directeur de Harper’s Weekly Magazine de 1869 jusqu’à sa mystérieuse disparition, en 1885.

A New York, Cornelia W. Conant reçut une instruction en peinture successivement de la part de Daniel Huntington (1816-1906), Edwin White (1817-1877), Joannes A. Oerthel (1823-1909) et autres maîtres.
Elle étudia quatre ans à Düsseldorf à l’Academic Formulas de Carl W. Hübner (1814-1879). Depuis cet endroit, elle expédia une importante œuvre appelée « The sacred lesson » (La leçon sacrée) qui fut exposée à la galerie Goupil de New York. Elle a été achetée par Mr. Fletcher Harper Jr. et ensuite montrée à l’Exposition de l’Association des Artistes (Exhibition of the Art Association).
Très peu d’artistes sont arrivés avec une telle préparation pour faire un voyage d’études en France.

Le supplément du Harper’s Weekly du 16 Juin 1881 dit : « … Mademoiselle Conant a vécu plusieurs années à Écouen, où Édouard Frère est connu comme étant une référence. Son inspiration a révélé le génie de son élève… Probablement aucun autre étudiant américain venu en France n’a jamais reçu un tel enseignement aussi généreux et dénué de sectarisme… Édouard Frère, Luigi Chialiva, Auguste Schenck et d’autres peintres très connus résident à Écouen, un village de 1296 âmes situé à dix miles au nord de Paris. Le coût de la vie y est très modéré et l’engouement artistique remarquablement vigoureux. »

Cornelia W. Conant résida, avec son amie et artiste Mary L. Stone, au 7 rue de la Beauvette. Leur adorable et dédiée employée de maison était une femme du village appelée Fanny.
Cornelia W. Conant reviendra au même endroit le 1er Août 1896 accompagnée de ses deux sœurs Blandina et Carrie.

Dûrant son séjour à Écouen, elle participa à plusieurs Salons de Paris, y exposant :
– en 1878, « La veille d’une fête nationale en Amérique »
– en 1879, « Vie de famille »
– en 1880, « La fin de l’histoire »
– en 1882, « Dans le jardin »

On lui doit un double récit de ses venues à Écouen illustrées par des eaux-fortes montrant le village.

En 1888, Cornelia W. Conant (une aquarelle) et Marie L. Stone exposèrent au « Museum of Fine Arts »

En 1894, elle fut membre du comité du Département des peintures du « Brooklyn Institute of Arts and Sciences ». Elle exposa au « Brooklyn Art Association » et à la « National Academy of Design ».
Sa peinture « La fin de l’histoire » a été inclue, en 1905, dans le livre « Women painters of the world » (Les femmes peintres dans le monde).

Un service funéraire a été célébré, pour Cornelia W. Conant, à St. Peter Episcopal Church, le 4 avril 1919, alors qu’elle était dans sa 86ème année.

Gravures