Paris, 8 Septembre 1839 – 1888, Paris

Camille Léopold Cabaillot-Lassalle a voulu se distinguer de son père, Louis Simon Lassalle dit Cabaillot, également peintre, prenant les deux noms accolés pour signature. Il est, bien sûr, influencé par le milieu artistique dans lequel il vit et, très vite, il marche sur les traces de son père dont il a été l’élève et subit, après l’arrivée de celui ci à Ecouen, en 1878, le fort pouvoir attractif de Pierre Edouard Frère dont il suit d’ailleurs les leçons.

De 1868 à sa mort, il multiplie les apparitions dans les Salons de Paris.Le tableau qui le rend définitivement célèbre est celui qu’il expose au Salon de 1874: Il s’agit justement du Salon de 1874. Cabaillot-Lassalle a, en effet, l’idée originale de représenter sur sa toile l’intérieur de ce salon, avec des oeuvres accrochées au mur contemplent des visiteurs. Or, celles-ci, en format réduit, bien sûr, ont été peintes par les artistes eux-mêmes, comme la revue La Fantaisie Parisienne le rapporte. Ces artistes ne sont pas des moindres: Henriette Browne (1829-1901), Jean Baptiste Corot (1796-1875), Jules Jacques Veyrassat (1828-1893), Léon Richet (1843-1907) et Gustave Achille Guillaumet (1840-1887), qui se prêtent à ce petit jeu facétieux, qui étonne, charme et suscite l’admiration encore aujourd’hui, au point que le tableau fut adjugé récemment dans une vente aux enchères pour 100 000 Euros. Le vol d’une de ses toiles à Toronto, à l’Odéon Wagner Gallery, estimée à 2 800 dollars il y a quelques années, prouve s’il en était besoin l’intérêt porté à ce peintre.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le livre « L’Ecole d’Ecouen – une colonie de peintres au XIXème siècle »