Allegheny City (Pittsburg, PA) USA, 22 Mai 1844 – 14 Juin 1926, Le-Mesnil-Théribus (Oise)

Elle se fait appeler également Mary Stevenson. Fille d’un banquier d’investissement et d’une grande famille bourgeoise américaine, elle s’installe avec ses parents à Paris en 1851.
Elle voyage en Europe: Allemagne, Italie, Espagne, Hollande, etc. avant de retourner en Pennsylvanie où elle suit les cours de la Pennsylvania Academy of Fine Arts de 1861 à 1862, apprenant les rudiments de son art. Mary est déçue. En 1865, elle retourne à Paris avec sa mère, où elle retrouve des condisciples de Philadelphie: Edward Roberts, Thomas Easkins (1844-1916), dont Eliza Haldeman (1843-1910) une compagne d’études. Elle la rejoint quelques temps et elles deviennent élèves de Charles Chaplin (1825-1891).

Elles étudient avec le peintre Paul Contant Soyer puis s’inscrivent dans la classe de Charles Chaplin où elles apprennent l’art du portrait et obtiennent leurs cartes de copistes au Louvres. Mary est aussi l’élève du peintre Jean Léon Gérome (1824-1904). Elles visitent Barbizon. C’est un des premiers contacts avec l’impressionnisme.En 1862, avec Eliza Haldeman, elles partent pour Ecouen, où, au pied du château Renaissance vit et travaille une communauté artistique; parmi eux, Pierre Edouard Frère et Paul Constant Soyer font profiter de leur expérience des artistes plus jeunes. Elles y restent une année, très proches de Soyer et de son épouse. Mary fait son entrée au Salon de Paris, au printemps 1868, où sa Joueuse de mandoline est acceptée; une figure un peu mélancolique qui la montre sous l’influence de Jean Baptiste Corot (1796-1875). Elles signe alors Mary Stevenson. Elle découvre les oeuvres d’Edouard Manet (1832-1883) et Gustave Courbet (1819-1877).

En 1904, la Légion d’Honneur lui est attribuée. En 1910, elle renonce à la gravure. Devenue pratiquement aveugle en 1914, Mary Cassatt abandonne la peinture. Peu avant son décès, elle lègue ses oeuvres à la Ville de Paris; elle décède en son château de Beaufresne qu’elle à acquis en 1894.

 

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le livre « L’Ecole d’Ecouen – une colonie de peintres au XIXème siècle »