L’Ecole des Peintres d’Ecouen

Pendant la seconde moitié du 19ème siècle, une importante colonie d’artistes quitte Paris et s’installe à Ecouen, alors gros bourg rural d’un millier d’habitants, pour partager ou perfectionner la pratique de leur art.
Ils sont attirés par la situation géographique, la présence du château et de nombreuses forêts environnantes, sources d’inspiration.
Pendant cette période, Ecouen aurait accueilli plus d’une centaine d’artistes dont beaucoup d’étrangers principalement Américains.
Pierre Edouard Frère (1819-1886) sera l’élément moteur de cette école.
Quelques peintres prestigieux comme Charles François Daubigny (1817-1878) et Jean Baptiste Corot (1796-1875) fréquentent Ecouen avant de se diriger vers Auvers sur Oise.
A cette époque, des relations professionnelles et amicales se créent entre les deux villages.
Après 40 ans d’enseignement et d’animation, le décès de Pierre Edouard Frère, en 1886, amorçe le déclin de l’Ecole.
L’école d’Ecouen est aujourd’hui bien connue des experts mais oubliée du grand public.
Ses richesses ont été mises en lumière en 1997 à la suite d’un important travail de recherche, d’expertise et de restauration initié par la municipalité.
Nous vous engageons à visiter la pinacothèque située à la mairie d’Ecouen.

INFORMATION IMPORTANTE

1 – L’Ecole d’Ecouen :
La peinture de genre avait pour originalité de montrer des scènes de la vie quotidienne de petites gens et d’humbles paysans. Cette peinture étant devenue à la mode, particulièrement aux Etats-Unis, de nombreux peintres anglo-saxons sont venus à Ecouen pour y recevoir l’enseignement de Pierre Edouard Frère, formant l’école d’Ecouen.

2- La Colonie des peintres d’Ecouen :
Le terme de colonie s‘applique aux peintres ayant un centre d’intérêt autre que la peinture de genre. Cependant, ils côtoyaient intimement et étaient influencés par les artistes de l’Ecole d’Ecouen.

Luigi Chialiva (1841-1914) est le plus à droite sur la photo