Choisy-le-Roi, 21 Novembre 1852 – 25 Novembre 1921, Ecouen

Issu d’une famille d’ouvriers verriers et faïenciers établis à Choisy-le-Roi, il commence sa carrière artistique comme peintre céramiste à Choisy-le-Roi et va à Limoges, son thème principal étant les fleurs, où il excelle. Il devient l’élève d’Emile Bellet et de Justin Marie Lequien (1796-1882). Il vient tardivement à Ecouen, à une époque où le mouvement artistique a perdu beaucoup de sa force et, de ce fait, il n’est pas le plus connu.

Il présente aux salons de Paris en 1882 et 1883 des natures mortes peintes sur faïence. Ces compositions sont au nombre de six. Chacune réelles est constituée de quatre carreaux alignés horizontalement et illustrés de motifs floraux. Il expose ensuite aux salons de 1890 à 1907 des toiles et des aquarelles consacrées presque exclusivement aux représentations florales.

Demeurant à Paris avec son épouse Anna Clauss, ils s’installent à Ecouen à partir de 1906, au 10, rue Jacques-Yvon, où l’on peut voir des carreaux aux couleurs un peu passées orner le dessus des fenêtres. Cette même année, il participe au salon des artistes français avec le Coin de parc qui lui vaut les honneurs et reste le plus célèbre des ses tableaux.

De son vivant, Gardon propose de faire don à la ville d’une de ses oeuvres, le conseil accepte. Plus tardivement, en 1922, son épouse offre une aquarelle à la commune d’Ecouen.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le livre « L’Ecole d’Ecouen – une colonie de peintres au XIXème siècle »