Des obsèques remarquées :

La revue « Le Monde illustré » du 12 juin 1886 nous livres quelques détails sur les obsèques de Pierre Edouard Frère. On y apprend en particulier les noms de ceux qui tenaient les cordons du poêle. Rappelons que cette expression désigne les quatre cordons permettant de tenir le dais recouvrant le cercueil. Quatre artistes, évidemment, et non des moindres : William Bouguereau, le grand maître du nu académique, Jules Breton, autre grand peintre de l’époque, et deux amis artistes d’Ecouen, Auguste Schenck et Léon Dansaert, devenu maire de la commune en 1879.
Sur le passage du cortège, en signe de deuil, les becs de gaz étaient recouverts d’un voile de crêpe noir.
Ce fut William Bouguereau en personne qui prononça un éloge funèbre émouvant au cimetière d’Ecouen, preuve de la notoriété de Pierre Edouard Frère.