Du sexisme dans le monde de l’art, sauf à Ecouen

Alors que le Salon de Paris regardait avec un certain mépris les artistes femmes qui se présentaient pour exposer, Ecouen et sa colonie de peintres les accueillait à bras ouverts.
Léonide Bourges fut une des premières à s’installer dans le village et à suivre l’enseignement de Pierre Edouard Frère avant de rejoindre Daubigny à Auvers-sur-Oise. De nombreuses autres « étudiantes » viendront se perfectionner dans la peinture de genre, dont des américaines venues de la côte Est : citons évidemment Marie Cassatt, élève de Paul Soyer, et son amie Eliza Haldeman, Cornelia Conant et son amie Marie L. Stone, qui dépeignirent la vie quotidienne des peintres d’Ecouen, et une bonne dizaine d’autres dont vous pourrez découvrir les noms dans notre livre. On trouve même deux de ces apprenties, les sœurs Formstecher représentées sur un tableau de Pierre Edouard Frère.
On voit donc que nos artistes étaient très en avance sur leur temps !