Ecouen, 19 Novembre 1832 – 12 Novembre 1911, Ecouen

Louis Théophile Hingre naît rue du Four-Gaudon à Ecouen. Dès l’age de 12 ans, il entre à Paris dans l’atelier de Henry Louis Gervais et Adrien Possot pour apprendre la sculpture d’ornement appropriée à la fabrication du bronze, à laquelle il s’applique jusqu’à sa vingt-cinquième année.

Al’age de 19 ans, il épouse Louise Dailly qui lui donne quatre enfants: Maximilien, Clémentine (dont une partie de la descend-dance vit toujours à Ecouen), Marguerite et Léon, artiste peintre et sculpteur, qui fut son élève.

Louis Théophile Hingre est célébré comme un spécialiste de la sculpture animalière mais il est aussi, dans le courant de la peinture de genre, un peintre et un illustrateur de talent. Son admiration pour Alfons Mucha (1860-1939) se retrouve dans les nombreux documents promotionnels, de style Art nouveau, qu’il réalise pour de grandes marques de l’époque.Même s’il semble que Hingre n’ait pas habité essentiellement Ecouen, il n’en a pas moins fait partie des artistes écouannais de cette période. A la mort de son épouse, une vente par adjudication, du 8 Décembre 1899, attribue à son gens-dre, Jean-Claude Langlois, époux de Clémentine, des biens immobiliers de la rue Four-Gaudon.

A 79 ans, il s’éteint chez sa fille Clémentine, à Ecouen. Il est enterré au cimetière communal et le maire son cette occasion le talent et la générosité de cet artiste « Avec lui disparait un grand travailleur, un honnête homme, un républicain fervent, aux convictions duquel il me plait de rendre hommage« .

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le livre « L’Ecole d’Ecouen – une colonie de peintres au XIXème siècle »