Une vieille histoire

Jean-Pierre Haag (1842-1921) a réalisé un tableau impressionnant dont la gravure figure au musée Goupil à Bordeaux. Le musée de l’image à Epinal l’a d’ailleurs reproduit dans son dernier ouvrage avec d’autres tableaux des peintres d’Écouen: en effet en arrière-plan, sur le mur, on aperçoit toute une série de 40 images d’Épinal de Pellerin de 1830 représentant les campagnes napoléoniennes. Or ce tableau n’a pas attiré que des éloges !
La preuve : dans le journal « Le Père peinard » du 30 avril 1893, Félix Féreon, n’apprécie pas le sujet choisi et écrit ceci, dans un argot d’époque : « Trognolant, le topo de Jean-Pierre Haag ! – un abruti de vieux de la vieille a tellement enquiquiné les croquants de son patelin, en leur dégoisant ses crapuleries de troubade, qu’il en est réduit à les jacter maintenant à des momignards à peine sevrés. Il leur jaspine, en leur montrant sa guibolle de bois : « Oui, mes enfants, c’est à la bataille de Lützen que j’ai perdu ma jambe, mais le soir nous étions victorieux. » Et ça t’a fait une belle jambe, hein ? Espèce de gourde ! Si encore tu la passais aux gosses…ils taperaient sur leurs cerceaux avec, vieille tourte ! »